les 3 812…

La compagnie les 3 812 se veut comme un outil de questionnement et de réflexion sociétal qui réunit principalement quatre artistes : Chloé Martiniani, comédienne, Christophe Noël, comédien et metteur en scène, Raphaël Fernandez, comédien et Sébastien Duféal, créateur musical.

Christophe Noël et Chloé Martiniani se rencontrent à l’école professionnelle de création et d’écriture contemporaine de Besançon sous la direction de Michel Azama, mais ce n’est que bien des années plus tard (2019) après avoir eu chacun un parcours professionnel séparé qu’ils se retrouvent pour former la compagnie les 3 812.

Christophe, qui s’est toujours intéressé au travail du corps et au travail de la forme enrichit son expérience auprès d’Ariane Mnouchkine au Théâtre du Soleil puis avec Johanny Bert avec lequel il découvre le travail de la marionnette.
Chloé, est quant à elle tournée vers le texte et la dramaturgie, nourrie par la tragédie grecque et les grands mythes par l’intermédiaire desquels elle se plait à interroger la portée politique et philosophique de ces textes.
Raphaël est lui formé à l’École Nationale de la Comédie de Saint Étienne. Il se passionne pour le travail du clown, découvert d’abord avec Mario Gonzales puis André Riot Sarcey et Alexandre Pavlata. Même si ces deux formes paraissent éloignées, la tragédie et le clown se rejoignent par leur fonction. Celle d’interroger politiquement une société et de façon plus universelle celle d’interroger philosophiquement l’humanité.
Sébastien Duféal découvre la musique électronique à l’époque ou la french touch émergeait dans les bacs, il se produit dans de grands festivals comme les Nuits Sonores. Tout comme dans la Grèce Antique, ce mouvement musical urbain a une fonction politique et véhicule des valeurs morales.

Leurs quatre univers passent par un prisme différent mais défendent des objectifs communs.
Pour eux, la scène n’est pas seulement un endroit où l’on raconte des histoires, mais un lieu de questionnement, de réflexion, d’interaction, un théâtre participatif. Une véritable tribune.
Construire, élaborer de façon collégiale un théâtre vivant, pour parler aux hommes et aux femmes d’aujourd’hui.
Un théâtre qui s’interroge sur la place et sur l’expérience du spectateur. Comment conditionne-t-on l’écoute de celui-ci, comment le concerne-t-on ? Quelle fonction lui donne-t-on ?
Le spectateur doit être, selon eux, dans une expérience active et non dans une écoute passive. Ils interrogent le rapport scène salle par une réflexion sur l’espace, le jeu et la scénographie.
Un théâtre où les frontières se floutent, à l’intersection entre le tragique et le burlesque, où la poésie naît d’un travail sur la forme, un travail où l’image et l’imaginaire vous saisit et vous surprend. Un théâtre où la musique et l’espace explose, où l’on déconstruit, où l’on remet en question les dogmes considérés comme des vérités.

3 812 projets ça ne suffira pas.

Christophe Noel a été formé au conservatoire régional de Clermont avec Michel Chiron puis à l’école de l’Embarcadère à Besançon sous la direction de Jean-Jacques Mutin et Michel Azama. Il travaille au sein du Théâtre du Soleil sous la direction d’Ariane Mnouchkine pour le spectacle « Tambour sur la digue » puis sur plusieurs spectacles de Johanny Bert dont « Krafff » joué plus de 450 fois en France et à l’étranger. Il rencontre Magali Mougel à Montluçon au CDN Le fracas, en mettant en scène un texte inédit de l’autrice « Lulu Project ». Il travaille également sous la direction de Béatrice Bombas (compagnie de la commune) Sophie Lannefranque (Théâtre du cri) Jean Philippe Salério (énième compagnie), Nathalie Royer. Depuis 2006 Il travaille avec la compagnie du détour qui s’intéresse plus particulièrement au théâtre burlesque, notamment avec le spectacle « Modestes propositions » qui tourne depuis 15 ans. Il joue également avec la compagnie Halte, sous la direction de Grégoire Béranger, compagnie spécialisée dans le théâtre musical et le Théâtre l’Articule, sous la direction de Fatna Djara, compagnie de marionnettes de Genève. Il signe par ailleurs des mises en scène pour la compagnie Halte « Macbeth hôtel » pour la compagnie de l’Articule « Comme suspendu » spectacle de cirque et de marionnettes. Depuis 2019 Christophe intègre la compagnie les 3 812 dont il est le metteur en scène.

Chloé Martiniani a suivi les ateliers de la Comédie de Saint Étienne et intégré ensuite l’école professionnelle de comédiens de l’Embarcadère de Besançon sous la direction de Jean-Jacques Mutin et Michel Azama. Elle sort diplômée d’études universitaires théâtrales et intègre les Cours Florent puis participe à un stage au Théâtre du Soleil avec Ariane Mnouchkine. Elle joue ensuite pour diverses compagnies puis part s’installer plusieurs années à l’étranger. En 2020 elle rencontre Sébastien Gimbert au TNP sur la méthode de l’Actors Studio et se perfectionne auprès de Lola Cohen (Lee Strasberg Institute NYC). Depuis 2019 elle est la directrice artistique de la compagnie les 3 812.

Raphaël Fernandez a été formé à l’École Nationale de la Comédie de Saint Étienne. Il travaille avec de nombreux intervenants tel que Marion Gonzales avec lequel il se découvre une passion pour le clown. Il performe son apprentissage auprès des célèbres André Riot Sarcey ou encore Alexandre Pavlata. Il travaille en tant que comédien avec la compagnie de la commune (St Etienne), la Cie Monika Kum (Lyon), la Cie Nosferatu (Haute Loire) ainsi que plusieurs créations de Grégoire Béranger avec la compagnie Halte et bien d’autres. Dans le même temps, il est également intervenant théâtre aux Ateliers de La Comédie de Saint Étienne, à l’école de la Scène sur Saône ainsi qu’au conservatoire d’Art Dramatique de Grenoble. Il est assistant à la mise en scène sur plusieurs créations de Claudine Van Beneden. Il intègre la compagnie les 3 812 en 2021 et signe la mise en scène du projet « Shake it » en collaboration avec Christophe Noël avec lequel il travaille depuis 1995.

Sébastien Duféal découvre sa passion pour la musique électronique à l’époque où la french touch émerge dans les bacs. Dj de la scène techno durant de nombreuses années, il joue dans des clubs lyonnais de renom comme l’Ambassade ou l’Oxxo, devient producteur de musique avec le collectif Wallas Syndicate et organisateur d’évènements. Son domaine de prédilection restant le mix sur platines vinyles, il délivre au national des prestations DJ-Set entre autres pour le festival des Nuits Sonores, comme à l’international dans les fameuses soirées Dusk et Kinky Beats de Zurich. Il co-crée la compagnie les 3 812 et signe de son univers les créations sonores et musicales des spectacles.